* MAGPHARM 2015

Enceinte je dois éviter de manger des cacahuètes

 

A l’heure actuelle, aucune étude ne prouve que consommer des cacahuètes, des noix, ou des produits dérivés de ces aliments, pendant la grossesse, entraîne plus de risque chez le nourrisson de développer une allergie à l’arachide.

 

A l’inverse, une étude récente américaine publiée le 23 décembre 2013 dans le «Journal of the American Medical Association Pediatrics » indique qu’une femme enceinte non allergique à l’arachide, peut consommer des cacahuètes et autres fruits à coque durant sa grossesse et l’allaitement de son bébé, sans craindre un risque de développement d’allergie à l’arachide chez son nourrisson.

 

Il n’y a donc aucune raison pour les femmes enceintes et allaitantes, non allergiques, d’éviter la consommation des fruits à coques. Attention toutefois à en modérer la consommation car ces aliments ont une très haute densité énergétique et sont très riches en matières grasses. Mieux vaut les consommer bruts, non salés, par petite poignée en collation par exemple. A noter qu’ils sont toutefois intéressants pour un apport en protéines végétales, calcium, magnésium et oméga 3 (surtout pour les noix).

 

Les recommandations pédiatriques et allergologiques actuelles incitent même les femmes enceintes à manger de tout, de façon équilibrée, et ne pas éviter systématiquement les produits allergéniques, ce qui induirait finalement une meilleure tolérance digestive du nourrisson. La seule restriction réside dans l’alcool ainsi que le café et le thé qui sont à modérer.

 

Pour le bébé, depuis 2008, la Société Européenne de Pédiatrie préconise de ne plus retarder l’introduction des produits à risque allergique (comme les produits laitiers, les œufs et les noix) dans l’alimentation du nourrisson, vu qu’il n’y a «aucune preuve convaincante pour retarder leur introduction qui entraînerait un effet protecteur sur le développement d’une allergie».

 

Selon le Professeur Jocelyne Just de l’Hôpital d'Enfants Armand Trousseau : « chez tous les nourrissons, même issus de famille à risque allergique, la diversification alimentaire est recommandée entre 4 et 6 mois notamment pour les aliments allergisants ».

 

Sources :

Prospective study of peripregnancy consumption of peanuts or tree nuts by mothers and the risk of peanut or tree nut allergy in their offspring, A. Lindsay Frazier, MD, ScM; Carlos A. Camargo Jr, MD, Dr PH; Susan Malspeis, MS; Walter C. Willett, MD, DrPH; Michael C. Young, MD, Jama Pediatrics 2013. doi:10.1001/jamapediatrics.2013.4139

Réalités pédiatriques # 179_Mai/Juin 2013 Mises au point Interactives. J. JUST.Centre de l'Asthme er des Allergies, Hôpital d'Enfants Armand-Trousseau, et UPMC Université Paris 6 PARIS.

Avis important :

Le lait maternel est l'aliment idéal pour chaque nourrisson. Une bonne nutrition maternelle est essentielle pour préparer et maintenir l'allaitement. L'allaitement mixte peut gêner l'allaitement maternel et il est difficile de revenir sur le choix de ne pas allaiter. La mauvaise préparation d'un lait infantile peut entraîner des risques pour la santé de l'enfant. Les implications socio-économiques doivent être prises en compte dans le choix de la méthode d'allaitement. Bouger, jouer est indispensable au développement de votre enfant.